Des ruches dans mon jardin

Chantal a invité les abeilles dans son jardin de Seine-et-Marne

abeillechantal1

Chantal possède un petit coin de verdure au bord de la Marne, un potager qu’elle cultive depuis près de vingt ans et une conscience écologique bien éveillée. C’est après avoir acquis un terrain attenant à sa maison que lui est venue l’idée d’y installer des ruches. 

Ça me trottait dans la tête depuis quelques années, mais je ne savais pas trop vers qui me tourner. J’ai d’abord contacté des associations d’apiculteurs professionnels, mais leurs exigences pour la mise en place de ruches labellisées bio étaient tellement contraignantes que j’ai failli renoncer ".

Chantal dépose une annonce sur pretersonjardin.com et prend son temps pour choisir l’apiculteur qui semble être le plus adapté à sa situation " je ne voulais pas avoir affaire à un débutant ! ". Elle finit par rencontrer Pierre, un jardinier professionnel à la retraite qui n’avait plus touché à une ruche depuis près de dix ans. 

Nous avons démarré cette aventure ensemble, lui renouant en douceur avec les gestes de l’apiculture, et moi faisant connaissance avec mes nouvelles voisines !“.

Même pas peur !

Les belles abeilles noires anglaises ont eu besoin d’un peu de temps pour se familiariser avec leur nouvel environnement. J’étais un peu affolée au départ, parce qu’elles tournaient dans les tous les sens, mais au bout de deux ou trois jours elles se sont calmées et ont pris pacifiquement possession de leur nouveau domaine "

Pierre a rassuré Chantal. Il lui a expliqué les précautions à prendre, par exemple d’éviter de se tenir devant l’entrée d’une ruche ou d’attendre la fin de journée pour pouvoir s’approcher. Depuis, il passe rendre visite à ses butineuses une à deux fois par mois, en prodiguant au passage quelques conseils avisés autant sur l’art du rucher que sur celui du potager. 

Une expérience convaincante

abeilles2

 L’expérience a si bien réussi qu’un an après avoir fait rentrer deux ruches dans son jardin, Chantal a décidé non seulement d’en accueillir trois supplémen- taires, mais aussi d’en posséder une à elle !

"Moi qui n’y connaissais rien, je n’aurais jamais pris l’initiative d’acheter une ruche et son essaim si Pierre ne s’était pas proposé de s’en occuper. J’apprends tous les jours au contact des abeilles. Les enfants sont fascinés par le fonctionnement de ces usines à miel, et mon jardin ne s’en porte que mieux ".

Un acte militant

Au-delà du travail de pollinisateurs qu’effectuent ces insectes, pour Chantal avoir des ruches est un acte militant : " Tout le monde sait que les abeilles sont en danger alors qu’elles jouent un rôle essentiel à notre survie. Malgré cela, certains agriculteurs continuent d’utiliser des produits phytosanitaires agressifs qui les mettent en péril, y compris le personnel municipal qui désherbe à tout va sans se soucier de l’avenir des abeilles ni de la pollution qui se déverse allègrement dans les fleuves ".

Dans cette commune de Seine-et-Marne de 700 habitants, pas moins de quatre propriétaires de jardins voisins ont accueilli des ruches ces derniers temps. Le concept séduit chaque jour davantage. Qui sait, l’abeille trouvera peut-être son salut sur les toits des immeubles et dans les potagers des villes, auprès des jardiniers amateurs qui savent reconnaître l’inestimable valeur de ces infatigables travailleuses ...

 

© pretersonjardin.com

 

Nos conseils si vous souhaitez accueillir des ruches dans votre jardin : 

  • Faîtes appel à un apiculteur expérimenté. Il doit enregistrer ses ruches auprès de la Direction des services vétérinaires de votre département et obtenir un numéro spécifique à son statut.
  • Respectez la législation en vigueur (distance à maintenir, nombre de ruches autorisé...) régi selon le Code rural et disponible auprès de votre préfecture. Certaines communes ont fixé des règles propres par arrêté municipal. Renseignez-vous auprès de votre mairie.
  • Sachez qu’il est tout à fait possible d’installer une ruche dans un petit jardin, à partir du moment où les règles de sécurité sont respectées.
  • Pensez à souscrire à une assurance responsabilité civique et assistance juridique.
  • Même si les abeilles ne sont pas des insectes agressifs (n’oubliez pas qu’elles meurent après avoir piqué), vérifiez tout de même avant de vous lancer que ni vous ni aucun membre de votre famille ne soient allergiques à leur piqûre !